A la une !


Nous vous proposons de recevoir notre newsletter. Merci de nous communiquer votre adresse mail à vigiloustmerleac@gmail.com


12/02/17 : Vigil'Oust réagit aux propos tenus par un propriétaire terrien dans le Ouest-France du 08/02/2017

 

Qui décidera de l'avenir du territoire ?

Cette semaine, le Ouest France interrogeait un « propriétaire terrien » concerné par les forages miniers a venir. Un communicant de Variscan n'aurait pas mieux fait … enfin presque.

Passons sur les allusions faites au sujet du collectif Vigil'oust, parce que nous ne considérons pas que de diffuser de l'information sur un sujet aussi opaque et impactant, soit une méthode à but de « faire peur aux gens ».

Ainsi donc, tout seul, ce propriétaire terrien considère qu'il faut ouvrir la porte à une exploitation minière. Une activité industrielle que ce cher monsieur estime nécessaire au développement du Centre Bretagne (manquerait plus que l'on découvre qu'il soit élu, et qu'il préfère s'exprimer anonymement !! Nous espérons que ce n'est pas le cas).

Ainsi il vend la mèche ! Nous ne parlons pas de « recherches » mais bien « d'exploitation minière », car en effet la campagne de forage prévue d'ici peu, permettra à Variscan d'y mettre un pied.

Mais alors, pourquoi la population n'est pas associée à la décision de relancer le territoire , ou non d'ailleurs, par le biais d'une exploitation minière ? Cela implique quand même beaucoup de choses pour l'avenir, et seules les deux mairies concernées par les forages et les deux propriétaires terriens qui les acceptent devraient en êtres décisionnaires ?

Ici, une seule personne donne son avis sur l'état du Centre Bretagne : Vigil'oust réuni plus de 300 adhérents qui ne considèrent pas tout à fait les choses de la même façon !

Enfin, si le débat sur le projet minier Merléac doit être ouvert à tous les citoyens concernés, l'autre débat, celui évoqué à la fin de l'article sur l'extraction minière « ici et ailleurs », doit également s'ouvrir. Nous y sommes tous confrontés, des métaux il en faut, mais l'extraction minière est-elle la seule alternative ? Des politiques solides en terme de recyclage et d'obsolescence programmée, par exemple, seraient peut-être enfin envisageables ? Encore faut-il pouvoir en débattre.

Le collectif Vigil'oust réitère, et rappelle aux propriétaires terriens qui ont acceptés le démarrage des forages sur leurs parcelles qu'ils peuvent revenir sur leurs décisions. Il n'est pas envisageable qu'a eux seuls ils décident de l'avenir de tout le territoire sans qu'il y ait eu débat en amont.


31/01/17 : Forages Miniers : Vigil'oust dénonce le manque de transparence des services de l'État

 

Depuis le 24 décembre 2016, l'association demande régulièrement à la préfecture la communication de tout dossier relatif aux forages miniers par courriel. Or, les services de l'État, viennent de transmettre ce dossier aux mairies de Merléac et St Martin des prés : il est en cours d'instruction depuis le 26 décembre 2016 ! Or, en application de l'article L. 124-1 du Code de l'environnement, le dossier est pourtant communicable à tout intéressé dès réception par l'administration. 

 

La procédure de la demande de travaux arrivant a terme au bout de 2 mois, les travaux de forages profonds commenceront donc très prochainement.

 

Vigil'oust rappelle que l'un des premiers devoirs des services de l'État est de protéger les populations. Or, sur ce projet minier, l'association n'a de cesse de révéler tout les risques que Variscan ne prend pas en compte. C'est pourquoi elle demandait le dossier de déclaration pour avoir le temps de vérifier la nature et la régularité des travaux.

 

Dès l'obtention du titre minier en 2014, des commissions d'information et de suivi (CIS) ont été mises en place pour soi disant assurer une « transparence » , elles réunissent les maires des 33 communes, deux associations environnementales et le porteur de projet, pour que celui-ci explique la nature des travaux à venir. Or , nous sommes très surpris que, lors de la dernière CIS en 2016, la question des forages a, à peine, été évoquée par Varican, celui-ci déclarant  ne pas savoir où il forerait. Pourtant, malgré une déclaration de travaux en cours d'instruction, aucune CIS n'est prévue par la Préfecture ! Ainsi donc, Variscan va pouvoir démarrer ses forages profonds sans en passer par une explication devant les 33 maires concernés et donc sans information des populations sur les conditions dans lesquelles ils seront mis en œuvre et leurs dangers.

 

La seule information dont disposera le public sera l'affichage en mairie (uniquement celles de Merléac et St Martin des Prés) de la déclaration de travaux que la préfecture a l'obligation de transmettre seulement pour information aux mairies concernées.

 

Ce manque transparence est inacceptable, elle traduit un mépris des populations qui sont les premières concernées par ces travaux.Cette attitude est en profonde contradiction avec les déclarations des députés et des ministres qui ont été faites la semaine dernière, lors les débats, à l'assemblée nationale, portant sur la proposition de loi modifiant le code minier. Ils ont tous affirmé qu'il était nécessaire, dans le cadre d’instructions ayant des conséquences sur les territoires de mieux associer les populations et que la transparence des procédures d'instruction devaient être garanties grâce à une association renforcée du public le plus en amont possible des décisions.

 

Nous attendons que la préfecture fasse un pas de plus vers cette transparence tant prônée par les députés.